Cambodge, une semaine sur la côte sud

Après un mois à Phnom Penh le besoin de rejoindre la campagne commençait à fortement se faire ressentir… Passer une semaine entre Sihanoukville, Kampot et Kep a donc été une vraie bouffée d’air frais !

Etape 1, Sihanoukville

Au départ de Phnom Penh nous avons commencé notre petit périple par Sihanoukville. Je ne m’attendais pas à quelque chose de transcendant… j’avais visé tout juste ! Je n’ai pas vraiment accroché avec cette ville. Certes sa plage est très agréable en soirée mais le centre n’a pas vraiment de charme. Les 2 journées que nous y avons passé ont largement suffi.

DSC_7334'

Le transport

Phnom Penh – Sihanoukville : nous avons opté pour Giant Ibis, une des compagnies de bus la plus connue du pays. Le trajet en mini-bus était confortable et a duré environ 4h avec une pause d’une demi-heure. Le billet coûte 11$.

Les bonnes adresses

Serendipity & Ochheuteal Beach : les deux plages se prolongent l’une l’autre et sont bordées de petits restaurants. En soirée Serendipity Beach est assez animée et sympa pour manger ou siroter un verre.

Susaday Guesthouse : c’est la guesthouse dans laquelle nous avons séjourné pour 10$ par nuit. Le confort est minimum mais tout est correct. Le petit plus ? Les petits déj les pieds dans le sable grâce à leur resto/bar sur la plage.

Pizzeria Marco Polo : nous avons fait très peu de resto mais je peux vous conseiller le Marco Polo qui, bien qu’un peu éloigné de la plage, sert de bonnes pizzas !

Etape 2, Kampot & Kep

A une centaine de kilomètres de Sihanoukville se trouve la charmante ville de Kampot et la plus petite Kep, toutes deux situées dans un décor de rêve ! Pour faire simple : j’ai adoré cette région et je pense même que c’est mon coup de cœur du Cambodge. Trois jours minimum sont nécessaires pour faire le tour des environs. Voici mon petit périple dans le détail :

Jour 1 : Kampot

Le premier jour nous nous sommes baladés dans le centre-ville. Il n’y a pas grand chose à voir et les journées sont très calmes (surtout en ce moment avec les presque 40° en journée) mais les rues sont agréables à parcourir, sans parler des abords de la rivière qui traverse la ville, très joliment aménagés.

DSC_7336' DSC_7338' DSC_7347' DSC_7345'

DSC_7361'

En milieu d’après-midi nous avons traversé le pont pour une découverte des champs de sel de « Coconut Hill », l’île située en face de Kampot. Moi qui était déjà charmée par la région, l’émerveillement a été à son comble. Les paysages qui s’offrent à nous sont incroyables : champs de sel sur des kilomètres et des kilomètres, arrière-plan de chaînes montagneuses, villages khmers, chemin de terre pour unique route… des images qui ne sont pas prêtes de sortir de ma (pourtant petite) mémoire. A l’entrée de l’île le temple « Wat Traoy Koh » mérite également qu’on s’y arrête.

DSC_7381'

Jour 2 : Mont Bokor (Kampot)

Le deuxième jour nous avons décidé de nous rendre au mont Bokor situé sur la chaîne montagneuse qu’on admire depuis Kampot. L’excursion, en scooter ou moto obligatoirement, nous a pris une demi-journée. Nous sommes partis le matin pour éviter de se retrouver la tête dans les nuages (à prendre au premier degré !) qui recouvrent le mont dès le début d’après-midi, empêchant alors de profiter de la vue imprenable sur les environs. Il faut compter une bonne heure de route pour atteindre le sommet, lors de laquelle on perd une dizaine de degrés, Alléluia ! Au sommet se trouve un immense Casino (n’y perdez pas votre temps si vous voulez mon avis), quelques complexes en constructions et des temples (bien sûr !).

DSC_7422' DSC_7430'

Jour 3 : Kep

Le poivre de Kampot, ça vous dit quelque chose ? C’est en tout cas ce qui fait la renommée de la province de Kampot à travers le monde et nous n’avons pas manqué l’occasion d’aller visiter une des 300 fermes qui en produit. C’est chez Sothy que nous nous sommes arrêtés, une ferme à taille humaine qui propose visite et dégustation de ses productions de poivre. C’est l’occasion d’apprendre plein de chose sur le poivre, sujet quasi-inconnu pour moi jusque là. Pour une rapide présentation, il existe 4 types de poivre, tous issus de la même plante : le vert, le rouge, le noir et le blanc. Ils sont obtenus selon leur degré de maturation et la technique de séchage et de production qui suit. Le vert se trouve uniquement dans les assiettes de la région car ce sont les grains encore tout frais, qui n’ont pas mûri, et qui se consomment dans les 2 à 3 jours après leur récolte. Le poivre noir est en fait le poivre vert qui a été séché pendant plusieurs jours au soleil. C’est le plus prononcé et il accompagne à peu près tout les plats. Le poivre rouge est celui qui a mûri puis qui a été séché (moins longtemps que le noir). Son goût est légèrement sucré et il se marie avec les viandes rouges. Enfin le poivre blanc est en réalité le poivre rouge qui a été bouilli puis débarrassé de la petite peau qui donne au grain son côté sucré. On réserve de préférence le poivre blanc pour les poissons.

DSC_7391'

Après cette pause gourmande qui nous a mis en éveil nos papilles, Kep et son marché aux crabes sont arrivés à point ! Oui parce que si Kampot = poivre, Kep = crabe. Son petit marché vaut le détour, outre les marchands de fruits et de gaufres (miam miam), ne repartez pas sans avoir dégusté un crabe accompagné d’une sauce au poivre de Kampot (ben oui, forcément !). Un petit délice. Et si vous tombez au bon moment, vous assisterez même à la vente des crabes tout juste pêchés, très prisée des locaux (et quand je dis tout juste, à part aller les chercher soit même dans l’eau, on ne peut pas faire plus rapide à l’achat).

DSC_7396

DSC_7405' DSC_7410'

Le transport

Sihanoukville – Kampot : l’agence Mottah à Sihanoukville propose des tickets de bus à 5$. Le mini-bus est venu nous chercher à notre hôtel, trajet collé-serré mais rien à redire sur le service.

Location de scooter : si votre hôtel n’en propose pas, vous en trouverez facilement en ville pour 5$ la journée.

Les bonnes adresses

Ganesha Eco Guesthouse : THE place to be pour les amoureux de la nature. Un véritable petit paradis en pleine nature (environ 3-4kms du centre de Kampot), à des prix tout à fait raisonnables. L’équipe est jeune et très sympa (le patron est français) et la cuisine est divine ! N’ayez pas peur de la distance par rapport au centre-ville, tous les services sont là (laverie, location de scooter, réservation de bus). En bonus, et pas des moindres : location d’un petit bateau pour se balader sur la rivière et profiter d’un coucher de soleil en fin de journée.

HoneyMoon : en tant que bretonne et amoureuse des crêpes, j’ai foncé à cette adresse quand j’ai su qu’elle cuisinait des crêpes de blé noir. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue !

 

J’espère que ce récit vous a plu et qu’il a donné envie aux futurs voyageurs du Cambodge de s’y rendre… Je ne peux que vous conseiller de vous y attarder, cette région sera un petit bijoux pour vos yeux et vos papilles !

5 Comments

  1. Arghh…quand je lis ton article je regrette d’avoir choisi Sihanoukville au lieu de Kampot, je n’ai pas du tout aimé Sihanoukville que j’ai trouvé assez glauque ou alors je n’ai vraiment pas vu ce qu’il fallait voir…
    Et tu m’achèves avec ta photo de crabe au poivre, gourmande comme je suis :)
    Mais j’aime tellement de le Cambodge qu’un jour, j’y reviendrai et là, je saurai où aller, merci pour tes conseils !

    • Alors si tu y retournes, ne fais pas d’impasse sur Kampot ! J’espère qu’elle sera toujours aussi préservée du tourisme de masse, mais dans tous les cas tu auras de belles choses à voir ;)

  2. ça me donne des envies de voyages tout ça (comme à chaque fois que je passe sur ton blog en fait ;) )
    Les paysages ont l’air d’être assez incroyables et la nourriture a l’air hyper bonne !

Laissez un commentaire